Non classé

La force de vivre avec le chanteur FHOM – Entretien

On lui doit de belles chansons dont les titres sont révélateurs : ‘Ton paradis’, ‘Magique’, ‘Marche Intérieure’. Depuis plusieurs mois, il alterne deux spectacles au Théâtre de l’Île Saint-Louis, un lieu irréel, troublant, où nous avions déjà vu Catherine Braslavsky et feu Joseph Rowe dans le spectacle ‘Ave Eva’. Deux spectacles donc : le premier spectacle, plus ancien ‘Lignes de Vie’ et le second, plus récent ‘Felicita’. Et la vie et la joie ne sont pas des mots creux chez FHOM, qui a accepté de répondre aux questions de Mouvelife.

. Merci FHOM de nous accorder cet entretien. Est-ce vraiment raisonnable de chanter dans cette ambiance générale entre covid et troisième guerre mondiale en gestation ?

Oui il est follement raisonnable de chanter et de donner des concerts dans cette ambiance rendue délétère par celles et ceux qui gouvernent l’opinion ; – Bien sûr le virus est réel (naturel ou fabriqué) ; Bien sûr l’intervention russe en Ukraine est réelle (justifiée ou non)

Pourquoi ? Simplement parce que l’art en général, la musique ici, sont des divertissements au sens originel du mot, c’est à dire que leur contemplation, leur écoute nous divertit, détourne notre esprit, notre attention des vicissitudes présentes pour voguer plus légers et libres dans un autre présent suggéré par ces œuvres et de ce fait pour vivre mieux.

. Evidemment, notre premier question était provocatrice. Vous dîtes que ‘magique est le moment de la mort’ dans votre chanson ‘Magique’, est-ce à dire que vous n’avez pas peur de la mort ? Car plus que jamais elle suscite les pires angoisses chez des milliards de gens

Ai-je peur de la mort ? je ne le pense pas car elle semble être un état stable et obligé. Ai-je peur de mourir ? Plus certainement car c’est un passage qui peut-être long et douloureux ; Je me plais à penser que pour moi mourir sera instantané et indolore.

. D’aucuns disent que le concept de résilience mis en avant par Boris Cyrulnik est un concept fumeux, qu’en pensez-vous ?

Depuis la nuit des temps, les humains ont surmonté adversité et traumatismes ; ils ne savaient pas qu’ils étaient « résilients » pourtant ils ont cru en eux, à des lendemains plus doux, plus lumineux. Donc ce concept de résilience -emprunté par B. Cyrulnik aux universitaires américains- exprime un processus rapide ou lent, douloureux ou exaltant, au cours duquel notre esprit, malmené par un événement déstabilisant, construit son nouvel équilibre ; Cette construction est souvent salutaire mais parfois si difficile à réaliser qu’elle plonge la personne dans une dépression profonde et durable.

C’est un concept utile mais en lui-même pas miraculeux… il permet de mettre un nom sur un processus.

. Vous alternez deux spectacles, différents dans la forme, n’est-ce pas risqué ?

Créer, agir, c’est prendre des risques ; ne rien faire c’est souvent en prendre de plus grands. Ces 2 spectacles « Lignes de Vie » et « Félicita » s’adressent, le premier « Lignes de Vie » à la part de nous qui se pose des questions existentielles sans en être prisonnier, le second « félicita » à la part de nous qui désire danser ses états d’âme….sur des rythmes latins. Ils proposent donc 2 divertissements différents et complémentaires mais tous 2 légers et joyeux.

. Au final, le chant est-il vraiment essentiel ?

Oui chanter est essentiel – en tous cas pour moi qui étais dans les bras de mon arrière-grand-mère lorsque qu’elle est morte alors qu’elle me chantait une chanson- Ne m’aurait-elle pas transmis ce souffle de l’âme par les vibrations essentielles de la voix chantée ?

FHOM = Femme Homme et OM (mantra tibétain qui veut exprimer la vibration essentielle du vivant )

Merci !

Prochain concert de FHOM : 26 mars 2022 au Théâtre de l’Île Saint-Louis, Paris, 21h.

Toutes les dates sur Fhom.fr

Interview

La libération par le chant – Jann Halexander – Interview

Le chanteur-pianiste franco-gabonais (‘C’était à Port-Gentil’) s’exprime sur la puissance libératrice du chant au micro de Mouvelife.

 Mouvelife est un blog dynamique en pleine expansion et c’est grâce à vous, merci.

Vous pouvez faire un geste en nous soutenant financièrement sur Tipee : https://fr.tipeee.com/mouvelife

Article

Tita Nzebi ou le chant-transmission

Nous inaugurons le mois de février avec la thématique de l’amour.

Et pourtant, nous mettons en avant la chanson ‘Bayéndi’ de Tita Nzebi, qui s’adresse ici à la mort. Certain-e-s seraient étonné-e-s. Mais pas nous.

Bayéndi

Peut-on penser la mort sans la vie, sans l’amour ? 

La chanson ‘Bayéndi’ (qui veut dire ‘les partants’ en langue nzebi) est belle et claire : la chanteuse gabonaise s’adresse à la Mort et lui reproche de faire partir ceux et celles qui n’ont pas eu le temps de construire un chemin de vie ici. Mais ce n’est pas tout à fait un chant de colère. Pas non plus apaisé. C’est un constat. Dur, mais tempéré par sa voix, les chœurs, les mélopées. La chanteuse s’inscrit, à l’instar de Catherine Braslavsky et de son spectacle ‘Ave Eva’ dans un cycle imperturbable depuis des milliards d’années : la vie, la mort, la vie, la mort, celle qui vient de la nature, celle qui vient de la prédation humaine…ce n’est pas toujours ‘juste’ selon nos critères, selon nos époques. Mais c’est là, il faut faire avec. Prendre acte : et avancer. Il y a plusieurs siècles, sans doute un troubadour sumérien s’adressait à la mort lui-aussi. Dans plusieurs siècles, une chinoise ou une argentine fera la même chose. Et c’est ainsi que le chant devient transmission, devient force qui s’inscrit dans ce cycle de vie, de mort, que ce chant est fondamental, qu’il ne saurait être réduit à des concours de voix pour divertir et faire oublier les gens.

‘Bayéndi’ sur l’album ‘From Kolkata’, label Bibaka, 2019

En concert au 360 Paris Music Factory le 28 mars.

Article

Qu’est-ce qui nous empêche de réaliser nos bonnes résolutions ?

Qu’est-ce qui nous empêche de réaliser nos bonnes résolutions ?

Tout d’abord je me joins à ma consœur Lwanga Ambella pour vous souhaiter mes meilleurs vœux 2020.

Que nos projets se réalisent au-delà de nos rêves dans les domaines que nous souhaitons.

Je vais compléter ce thème en l’abordant du point vue dit « négatif ». En effet, nous nous donnons souvent des objectifs en début d’année mais qu’est-ce qui nous empêche de tenir et de concrétiser ces bonnes résolutions ?

 Réponse : Ce sont NOS PEURS conscientes mais surtout inconscientes.

Maintenant, comment connaître nos peurs inconscientes, les accueillir et les accepter ?

C’est tout simplement un processus d’observation de soi.

À la suite d’un burnout sur la période 2009-2010, j’ai eu un déclic qui a changé toute ma vie. J’ai accepté intégralement que j’étais responsable de ma vie. J’ai découvert et accueilli mes peurs pas à pas et j’en ai fait mon chemin de réalisation.

 Vous voulez tenir vos bonnes résolutions ? Pour cela il faut prendre conscience de vos peurs et les transformer à travers des activités de développement personnel ou à travers l’art. Car elles ont besoin d’être reconnues pour les transformer et les exprimer en douceur. En effet, c’est comme cela qu’elles ne vous hantent plus l’esprit. C’est ainsi qu’elles deviennent des tremplins, des leviers sur le chemin de vos rêves et la réalisation de votre Vie.

Etape numéro 1 : cela commence par l’art de les observer sans analyse et sans jugement. C’est ce que l’on nomme l’art du lâcher prise.

Etape numéro 2 : les exprimer pour qu’elles deviennent des alliées et non des ennemies.

Nous vous proposerons prochainement une méthode classique pour les accueillir : la méditation. C’est-à-dire l’art d’être dans la pleine conscience de soi ou encore appelé le « mindfulness ».

Vous trouverez sur ce lien un article intéressant sur la méditation et ses bienfaits de France

Culture : “Pourquoi il faut mettre la méditation au centre des thérapies”.

https://www.franceculture.fr/conferences/universite-de-strasbourg/pourquoi-il-faut-mettre-la-meditation-au-centre-des-therapies

Maintenant vous êtes prêts pour accueillir vos peurs et en prendre conscience pour qu’elles deviennent vos alliées. Alors, nous vous disons à bientôt sur Mouvelife pour l’astuce sur les mécanismes de la méditation.

L’équipe de Mouvelife vous souhaite de réaliser l’un de vos rêves cette année. Note blog a pour objectif de transmettre du développement personnel pour tous alors n’hésitez pas à nous faire part de vos attentes dans les commentaires.

A bientôt !

Adeline PETIT

Auteure et Co-driver en développement personnel.

http://www.unsensasoi.com

Mouvelife est un blog dynamique en pleine expansion et c’est grâce à vous, merci. Vous pouvez faire un geste en nous soutenant financièrement sur Tipee : https://fr.tipeee.com/mouvelife

Article

Qu’est-ce qu’une bonne résolution ? par Lwanga Ambella, Psycho-Somatothérapeute

Qu’est-ce qu’une bonne résolution ? par Lwanga Ambella, Psycho-Stomathérapeute 

Une résolution est une décision fermement arrêtée. C’est un acte par lequel on décide volontairement d’accomplir quelque chose. Une bonne résolution est une résolution bonne pour moi-même. Elle correspond à ma personnalité et à mes besoins du moment en prenant en compte les circonstances extérieures., la réalité du terrain.

Je dois donc commencer par savoir qui je suis, être honnête avec moi-même et oser me regarder dans le miroir tel(le) que je suis avec mes qualités et les points qui méritent d’être améliorés. Quelles sont mes valeurs intrinsèques? Qu’est-ce qui me définit en tant que personne ? Et quelles sont mes ressources ? Il s’agit d’un véritable regard sur soi, d’une introspection nécessaire pour mon développement personnel.

Puis, je dois identifier mes besoins. Ils peuvent être d’ordre physique, psychologique, affectif ou matériel. Qu’estce qui me rassure ? Est-ce que ma sécurité est assurée et est-ce que je bénéficie d’un cadre rassurant ? Qui peut répondre à mes besoins ?

Ensuite, je définis mes objectifs. Quel but je souhaite atteindre ? Quelles orientations je décide de mettre à ma vie ? Ces objectifs peuvent être à court, moyen ou long terme. Il est important de se fixer des objectifs clairs, précis, réalisables et de s’y tenir. On pourra tout de même apporter certaines modifications pour s’adapter à un changement de contexte.

Je décide alors des actions à engager. En m’engageant, j’agis directement sur mes valeurs.

Finalement, je mets en place des outils afin d’évaluer la réalisation de mes actions.

En fin de compte, une bonne résolution c’est d’abord un choix, une véritable entreprise du Soi que l’on décide de mettre en œuvre. C’est un bilan de sa vie, une introspection afin d’orienter son gouvernail en vue d’un accomplissement. C’est prendre soin de soi, intégrer que l’on est responsable, en pleine conscience. C’est un acte de foi qui donne un sens à sa vie. C’est se donner sa parole à soi-même et donc finalement s’aimer.

Par la méditation ou la prière, je peux atteindre le silence intérieur qui me permet de faire le vide et laisser l’espace afin de prendre de bonnes résolutions venues du cœur.

Lwanga Ambella, Psycho-Somatothérapeute

Centre de Bien-être http://www.lwanga.fr