Non classé

La force de vivre avec le chanteur FHOM – Entretien

On lui doit de belles chansons dont les titres sont révélateurs : ‘Ton paradis’, ‘Magique’, ‘Marche Intérieure’. Depuis plusieurs mois, il alterne deux spectacles au Théâtre de l’Île Saint-Louis, un lieu irréel, troublant, où nous avions déjà vu Catherine Braslavsky et feu Joseph Rowe dans le spectacle ‘Ave Eva’. Deux spectacles donc : le premier spectacle, plus ancien ‘Lignes de Vie’ et le second, plus récent ‘Felicita’. Et la vie et la joie ne sont pas des mots creux chez FHOM, qui a accepté de répondre aux questions de Mouvelife.

. Merci FHOM de nous accorder cet entretien. Est-ce vraiment raisonnable de chanter dans cette ambiance générale entre covid et troisième guerre mondiale en gestation ?

Oui il est follement raisonnable de chanter et de donner des concerts dans cette ambiance rendue délétère par celles et ceux qui gouvernent l’opinion ; – Bien sûr le virus est réel (naturel ou fabriqué) ; Bien sûr l’intervention russe en Ukraine est réelle (justifiée ou non)

Pourquoi ? Simplement parce que l’art en général, la musique ici, sont des divertissements au sens originel du mot, c’est à dire que leur contemplation, leur écoute nous divertit, détourne notre esprit, notre attention des vicissitudes présentes pour voguer plus légers et libres dans un autre présent suggéré par ces œuvres et de ce fait pour vivre mieux.

. Evidemment, notre premier question était provocatrice. Vous dîtes que ‘magique est le moment de la mort’ dans votre chanson ‘Magique’, est-ce à dire que vous n’avez pas peur de la mort ? Car plus que jamais elle suscite les pires angoisses chez des milliards de gens

Ai-je peur de la mort ? je ne le pense pas car elle semble être un état stable et obligé. Ai-je peur de mourir ? Plus certainement car c’est un passage qui peut-être long et douloureux ; Je me plais à penser que pour moi mourir sera instantané et indolore.

. D’aucuns disent que le concept de résilience mis en avant par Boris Cyrulnik est un concept fumeux, qu’en pensez-vous ?

Depuis la nuit des temps, les humains ont surmonté adversité et traumatismes ; ils ne savaient pas qu’ils étaient « résilients » pourtant ils ont cru en eux, à des lendemains plus doux, plus lumineux. Donc ce concept de résilience -emprunté par B. Cyrulnik aux universitaires américains- exprime un processus rapide ou lent, douloureux ou exaltant, au cours duquel notre esprit, malmené par un événement déstabilisant, construit son nouvel équilibre ; Cette construction est souvent salutaire mais parfois si difficile à réaliser qu’elle plonge la personne dans une dépression profonde et durable.

C’est un concept utile mais en lui-même pas miraculeux… il permet de mettre un nom sur un processus.

. Vous alternez deux spectacles, différents dans la forme, n’est-ce pas risqué ?

Créer, agir, c’est prendre des risques ; ne rien faire c’est souvent en prendre de plus grands. Ces 2 spectacles « Lignes de Vie » et « Félicita » s’adressent, le premier « Lignes de Vie » à la part de nous qui se pose des questions existentielles sans en être prisonnier, le second « félicita » à la part de nous qui désire danser ses états d’âme….sur des rythmes latins. Ils proposent donc 2 divertissements différents et complémentaires mais tous 2 légers et joyeux.

. Au final, le chant est-il vraiment essentiel ?

Oui chanter est essentiel – en tous cas pour moi qui étais dans les bras de mon arrière-grand-mère lorsque qu’elle est morte alors qu’elle me chantait une chanson- Ne m’aurait-elle pas transmis ce souffle de l’âme par les vibrations essentielles de la voix chantée ?

FHOM = Femme Homme et OM (mantra tibétain qui veut exprimer la vibration essentielle du vivant )

Merci !

Prochain concert de FHOM : 26 mars 2022 au Théâtre de l’Île Saint-Louis, Paris, 21h.

Toutes les dates sur Fhom.fr

Article, Non classé

Notre CONSOLATIO avec Jann Halexander

2021
Jann Halexander offre à nos oreilles ce nouvel opus, « Consolatio» et pour reprendre la figure de style du titre éponyme, on aurait pu ne découvrir aucune pépite musicale en cette période plus que compliquée pour les artistes.  Depuis maintenant une vingtaine d’années, Jann Halexander compose, réalise, co-produit, interprète, accompagne, croit et vit son art. 


A ceux qui aiment à dire « oui enfin il ne déplace pas les foules et ne passe pas sur des radios connues » (la notion de foule et de radio connue étant toute relative), je réponds invariablement « et alors ». Mon « Consolatio » c’est de savoir qu’heureusement tout le monde ne pense pas ainsi.  Ce serait en effet oublier qu’une carrière d’une vingtaine d’années, sans être diffusé sur les radios connues ni déclencher d’émeutes à chaque sortie, c’est le résultat d’un travail et d’un investissement colossaux, d’une capacité de rebond et d’abnégation incommensurables. Ce serait aussi oublier l’incroyable régularité de création et d’ouverture culturelle, sans jamais se renier, dont fait preuve Jann Halexander depuis ces années. Au fond, cette discrétion efficace qui entoure l’artiste devrait plutôt forcer au respect que faire sourire.

Et ce serait dommage de passer à côté. Des textes finement écrits, des musiques inspirées, un univers suspendu : « Consolatio » ne déroge pas à cette règle. De ce titre à « J’ai pas la foi » en passant par « Je t’écris de l’Ile de Pâques », Jann Halexander déploie textes, musiques, saynètes émouvants. La voix s’est affirmée et nuancée avec le temps, le saxophone de Laurence Gastine et le doigté de Bertrand Ferrier coulent de source, l’opus est porté par une équipe solide composée d’artistes…


Quand on me demande «  mais c’est quoi comme style, ça ressemble à quoi » je réponds invariablement « ça ne ressemble à rien (rires) … parce que c’est un tout (silence)… le mieux c’est que tu écoutes (toujours silence) ». Par la suite, ce qu’en font les personnes, ce n’est plus de mon ressort mais ma réponse est donnée.
Alors, pour ceux qui connaissent déjà Jann Halexander, je les invite à cette nouvelle parenthèse. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, je les invite à découvrir, ne serait-ce que par curiosité.


A ce jour, Jann Halexander, au même titre que Clémence Savelli, Tita Nzebi, Bertrand Ferrier, Michael Bond par exemple, me permet de garder foi en l’Artiste, en l’Art, en la Musique pour toujours.


« Consolatio » s’ouvre sur la chanson « Avant », dans laquelle le chanteur s’interroge sur qui il était, avant. Tout ce que je lui souhaite et que j’espère, c’est qu’il y aura un après et des encore.

Album disponible en streaming et physique

Article, Non classé

Fhom ou l’éloge de la Vie, sur scène le 27 novembre

‘La vie je l’aime comme cette étoile qui m’a fait naître, comme ces parents amants aimants, comme ces caresses sources de l’enfant, comme ces regards îles de tendresse’

Les mots de FHOM sont un appel à la Vie, la VIE. Il était normal que Mouvelife en parle. Il y a très peu de chanteurs philosophes capables de chanter : ‘Magique le moment de la mort’ sans pour autant faire fuir le public. Fhom depuis 2012 séduit les gens en France comme à Taïwan avec des titres entêtants par leurs musiques et les mots qui restent dans nos esprits.

Depuis deux ans, c’est le spectacle ‘Lignes de Vie’ qu’il défend, à raison : nos vies sont des lignes, pas forcément droites, qui se croisent, s’évitent, s’enlacent. Le chant de FHOM célèbre le mouvement de la Vie. On n’est plus dans le simple divertissement, mais dans quelque chose de plus profond, plus fort. L’artiste sera sur la scène du Théâtre de l’Île Saint-Louis, 39 quai d’Anjou, Paris 4, le samedi 27 novembre à 21h. Réservation sur billetreduc ou par téléphone au 01.46.33.48.65. C’est ce dont nous avons besoin en temps de covid ou plutôt de folie sanitaire.

La rédaction de Mouvelife

Article

#Resilience : Voici le chemin d’Anne Sylvestre

AVT_Marie-Chaix_7604

Début des années 70. Lorsque l’écrivaine Marie Chaix décide d’écrire sur l’histoire de son père, le collabo Albert Beugras, membre du Parti Populaire Français, parti fasciste, elle en fait part à sa sœur qui lui demande de ne pas la citer publiquement. Et pour cause, sa sœur n’est autre qu’Anne Sylvestre. Celle-ci chante depuis 1957 et malgré les aléas, elle a déjà un nom. Elle est une des premières autrices compositrices d’expression française avec Barbara et Nicole Louvier. Et il faut de l’assurance pour s’affirmer en tant que femme artiste au lendemain de la seconde guerre mondiale.

L’assurance, la confiance en soi ne sont pas des traits de caractères encouragés chez les femmes et par notre société. Oui, de Gaulle a libéré la France des allemands mais cette France gaullienne est conservatrice sur le plan des moeurs. Mai 68 changera un peu à la société. La libéralisation de la société s’accélère à la fin des années 70. Mais avant : une femme qui chante ? Pensez donc… Juliette Gréco, l’interprète de ‘Déshabillez-moi’ se fait insulter dans la rue.

SIPA-00917206-000001

                                                (Marie Chaix, écrivaine (haut) – Anne Sylvestre, chanteuse (bas))

51xSi6Zq3bL

Anne Sylvestre chante, se bat pour chanter, pour exister, franchir le temps, les modes. Mais évoquer la mémoire d’un père du ‘mauvais côté’ en public est impossible. D’ailleurs, elle confiera dans divers médias en 2007 en avoir sûrement payer le prix dans son métier car dans le show-biz, ça se savait. Elle insiste sur ce sentiment de honte d’être fille de collabo. Comment se construit-on quand on grandit du mauvais côté ? Anne Sylvestre s’est exprimée à travers la chanson. Sur sa solitude adolescente difficile avec ‘Pour qu’on m’apprivoise’, sur les angoisses de l’enfance avec ‘L’Enfant qui pleure au fond du puits’. C’est dans le spectacle culte ‘Gémeaux Croisés’ en 1989 en duo avec la chanteuse québécoise Pauline Julien qu’elle évoquera à la troisième personne du singulier son enfance et son adolescence. Le roman de sa sœur ‘Les lauriers du Lac de Constance’ est sorti en 1974. Un grand succès d’édition.

‘Pour notre plus grand bonheur et peut-être, qui sait, son plus grand malheur, Anne Sylvestre fut pionnière : femme qui chante, qui se chante, qui écrit ses propres textes et ses musiques, pionnière dans la musique pour enfants, pionnière dans le fait de fonder sa propre société, pionnière même dans l’utilisation du micro HF à la fin des années 80 avec sa sœur de scène Pauline Julien.’ Cet extrait du site Culture et Chanson résume l’avant-gardisme et la force d’Anne Sylvestre.

En 1994, elle écrit la chanson la sublime chanson ‘Roméo et Judith’ où pudique elle aborde les ravages de la guerre sur un couple amoureux dont nous reproduisons un extrait ici :


Et si nous échangions nos morts
Sur moi la honte s’accumule
Le sang que je porte me brûle
Je ne peux me l’ôter du corps

Avec cette chanson qui figure sur l’album ‘D’ amour et de mots’, Anne Sylvestre d’une certaine façon se réconcilie avec le passé. L’outil chanson est un outil thérapeutique aussi bien pour la personne qui chante que pour la personne qui reçoit. Une chanson peut guérir.

unnamed

Anne Sylvestre écrivait ses chansons et disait souvent avoir le rôle d’un écrivain public. Dans ‘Ecrire pour ne pas mourir’, une véritable profession de foi, elle chante à quel point l’écriture la sauve. L’occasion pour nous de rappeler une méthode de base : quand vous êtes confrontés à quelque chose de dur, violent, tordu et que vous n’êtes pas sûr dans l’immédiat de trouver quelqu’un pour vous écouter, ne serait-ce que vous écouter, écrivez-le. La formulation, même bancale, de l’expérience, peut apaiser, permettre du recul. Il s’agit d’une étape.

La chanteuse évoquera la mémoire de son grand frère aîné pendant la seconde guerre mondiale (elle a perdu ses deux frères très tôt) dans ‘Le pont du Nord’ : ‘Nos frères disparus sont comme nos amours. Tant que l’on n’a pas vu leurs noms sur une pierre, on ne prend pas le deuil, on survit on espère, et malgré l’évidence, on les attends toujours’.

Anne Sylvestre est devenue une figure incontournable de la chanson à texte d’expression française, vendant des millions de disques et donnant des concerts mémorables dans le monde.

Elle a dépassé ses propres douleurs avec l’Art et a aidé des millions de gens à vivre grâce à son chemin de mots. Il aura fallu son départ pour que la société française réalise cela. Il n’est jamais trop tard.

Nos maux deviennent nos mots d’où l’importance de s’exprimer dans le respect de soi vers l’autre. 

La rédaction

Mouvelife est un blog dynamique en pleine expansion et c’est grâce à vous, merci. Vous pouvez faire un geste en nous soutenant financièrement sur Tipee : https://fr.tipeee.com/mouvelife

9782757829561
Article

Qu’est-ce qui nous empêche de réaliser nos bonnes résolutions ?

Qu’est-ce qui nous empêche de réaliser nos bonnes résolutions ?

Tout d’abord je me joins à ma consœur Lwanga Ambella pour vous souhaiter mes meilleurs vœux 2020.

Que nos projets se réalisent au-delà de nos rêves dans les domaines que nous souhaitons.

Je vais compléter ce thème en l’abordant du point vue dit « négatif ». En effet, nous nous donnons souvent des objectifs en début d’année mais qu’est-ce qui nous empêche de tenir et de concrétiser ces bonnes résolutions ?

 Réponse : Ce sont NOS PEURS conscientes mais surtout inconscientes.

Maintenant, comment connaître nos peurs inconscientes, les accueillir et les accepter ?

C’est tout simplement un processus d’observation de soi.

À la suite d’un burnout sur la période 2009-2010, j’ai eu un déclic qui a changé toute ma vie. J’ai accepté intégralement que j’étais responsable de ma vie. J’ai découvert et accueilli mes peurs pas à pas et j’en ai fait mon chemin de réalisation.

 Vous voulez tenir vos bonnes résolutions ? Pour cela il faut prendre conscience de vos peurs et les transformer à travers des activités de développement personnel ou à travers l’art. Car elles ont besoin d’être reconnues pour les transformer et les exprimer en douceur. En effet, c’est comme cela qu’elles ne vous hantent plus l’esprit. C’est ainsi qu’elles deviennent des tremplins, des leviers sur le chemin de vos rêves et la réalisation de votre Vie.

Etape numéro 1 : cela commence par l’art de les observer sans analyse et sans jugement. C’est ce que l’on nomme l’art du lâcher prise.

Etape numéro 2 : les exprimer pour qu’elles deviennent des alliées et non des ennemies.

Nous vous proposerons prochainement une méthode classique pour les accueillir : la méditation. C’est-à-dire l’art d’être dans la pleine conscience de soi ou encore appelé le « mindfulness ».

Vous trouverez sur ce lien un article intéressant sur la méditation et ses bienfaits de France

Culture : “Pourquoi il faut mettre la méditation au centre des thérapies”.

https://www.franceculture.fr/conferences/universite-de-strasbourg/pourquoi-il-faut-mettre-la-meditation-au-centre-des-therapies

Maintenant vous êtes prêts pour accueillir vos peurs et en prendre conscience pour qu’elles deviennent vos alliées. Alors, nous vous disons à bientôt sur Mouvelife pour l’astuce sur les mécanismes de la méditation.

L’équipe de Mouvelife vous souhaite de réaliser l’un de vos rêves cette année. Note blog a pour objectif de transmettre du développement personnel pour tous alors n’hésitez pas à nous faire part de vos attentes dans les commentaires.

A bientôt !

Adeline PETIT

Auteure et Co-driver en développement personnel.

http://www.unsensasoi.com

Mouvelife est un blog dynamique en pleine expansion et c’est grâce à vous, merci. Vous pouvez faire un geste en nous soutenant financièrement sur Tipee : https://fr.tipeee.com/mouvelife